AccueilÀ faire, à voir › Événements majeurs

 

Carnaval d'Amélie-les-Bains Palalda

Le carnaval d'Amélie-les-Bains Palalda a des origines très anciennes difficiles à déterminer très précisément. On retiendra en tout cas qu’un article du « Courrier de Céret » du 18 mars 1888 décrit ce qu’il appelle une cavalcade.

 

Cavalcade 2017

 

Dans les archives municipales, on a, d’ailleurs, aussi retrouvé des photos de fêtes carnavalesques des années 1900. Ce qui est sûr, au moins, c’est que, depuis 1945, il s’est tenu sans discontinuer et qu’il est aujourd’hui considéré comme l’un des deux plus beaux et plus populaires des Pyrénées-Orientales !

 

C’est en tout état de cause l’un des plus étranges où aux folles journées de folie et de liesse succède un fascinant final tout en pleurs et suppliques…

 

Tout au long de février, ce sont des cavalcades de chars hautement fleuris et bariolés, des bals et des animations pour petits et grands qui animent le centre ville. Auxquels s’ajoute le très prenant et surprenant défilé des « Grégoire améliens » en une soirée très noire peuplée de figurants tout de blanc vêtus qui enterrent sa Majesté Carnaval en le promenant dans les rues de la ville avant de le brûler sur la place publique.

Un rendez-vous insolite qui semble nous faire remonter le temps, du temps des fêtes d’antan…

Le carnaval à Amélie-les-Bains Palalda c'est aussi l'été...

 

Origine des Grégoires Améliens

Grégoire Ier, le Grand

Quand Pélage II est emporté par la peste le 8 février 590, Grégoire est élu pape à son corps défendant. Rome est ravagée par la peste, menacée par la famine ; le Tibre déborde ; Grégoire prêche pour ranimer les courages, organise des prières solennelles et des processions au chant des litanies et fait venir du blé de Sicile ; en avril, au cours d’une de ces processions, l’Ange exterminateur apparaît au sommet du môle de Hadrien et remet au fourreau son épée ensanglantée : la peste cesse aussitôt et le môle d'Hadrien est appelé Château Saint-Ange. C’est le premier moine pape. A Sainte-Sabine, il institue la Grande Litanie de Pénitence au seuil du Carême et introduit probablement la tradition du mercredi des Cendres. Il institue les processions des Rameaux et de la Purification.

 

Les Grégoires améliens reprennent les rites de la procession et du mercredi des cendres pour clôturer la semaine de carnaval dans la joie et la bonne humeur et poursuivre l’année naissante sous les meilleurs auspices. Sa majesté carnaval "Grégoire" menée par un garde suisse, une dépouille et une cobla, est suivie d’un cortège de villageois drapés de costumes blancs et de chapeaux pointus, épandant de la farine sur la population. Sa majesté Carnaval ayant été exhibée autour de la ville, est ensuite menée sur le bûcher et brûlée en place publique, encerclée par une farandole endiablée.

 

Sa majesté enfin retournée à la terre, la fête se finit par le grand bal des costumes blancs et le traditionnel Tio-Tio, vieille danse catalane où les participants, à la queue leu leu, essaient avec une bougie d’enflammer un papier attaché dans le dos de celui qui le précède. Un bal clôture les fêtes tard dans la nuit. 

Lien bibliographie : https://goo.gl/TXe5Gc